Gérer son temps semble être d’une absolue nécessité pour qui veut optimiser son efficacité dans sa vie professionnelle et personnelle. C’est en tous les cas une des demandes assez régulière à laquelle je réponds chez les managers que j’accompagne.

Mylène est responsable d’équipe dans une grande agence de tourisme. Elle découvre avec satisfaction les bienfaits de sa nouvelle organisation : « Je cible tout de suite mes priorités et je commence chaque jour par là. Je me rends bien compte que je suis beaucoup plus concentrée. Je suis moins éparpillée, j’en fait beaucoup plus que par le passé… »

 

Le stress reste le mal du siècle, la gestion du temps est-elle son antidote ?

 

Apprendre à gérer son temps, selon l’expression consacrée, répond souvent à la procrastination par exemple. Nous augmentons l’efficacité et avons la satisfaction du devoir accompli. Bye-bye la culpabilité de ne pas avoir fait face à la charge du travail quotidien, c’est déjà ça !

Mais, parce qu’il y a un mais ! A planifier, maîtriser chaque journée, exploiter chaque minute, je me suis rendue compte que ces heures qui nous sont imparties, ne faisaient qu’égrainer de plus en plus de choses à faire, au détriment de ce qui est certainement plus essentiel : Vivre !

C’est un peu la direction que semble emprunter Mylène. Elle en fait beaucoup plus que dans le passé et  découvre que plus elle en fait et plus elle en a à faire !

 

A quel point les outils de gestion du temps sont-ils utiles à notre bien-être ?

 

Tout dépend de la personne ! C’est un peu une réponse de normand me direz-vous et pourtant oui tout dépend de vos objectifs.

Vous cherchez à mieux organiser vos journées afin de répondre aux nécessités de votre fonction ? Vous voulez accomplir plus de tâches, en évitant le stress et la culpabilité ? Alors oui, vous allez trouver des outils utiles pour vous aider. Vous vous sentirez probablement moins stressé, moins débordé et globalement mieux.

En revanche, si votre quête est plus globale et concerne davantage votre besoin d’Être, entendez par là, atteindre plus de sérénité et d’alignement, alors les outils de gestion du temps ne combleront pas ces besoins-là.

Observez comme le vocabulaire de gestion du temps appartient au registre du Faire : maîtriser, gérer, progresser, contrôler, performer … Alors que nous sommes de plus en plus en recherche de sens, de  connexion, de  respiration,  de  réflexion, d’écoute, de bienveillance…

Notre société nous encourage à planifier pour nous rendre capable de répondre à un maximum de sollicitations. Imposée d’abord par nos activités professionnelles nous nous sommes tous rapidement rendu compte que notre vie personnelle nécessitait aussi un minimum d’organisation.

Moralité, nous avons appris à voir le temps comme un nombre d’heures qui nous est imparti, au cours duquel s’égrainent un grand nombre de choses à faire ! Or, que nous restera-t-il dans des années, si ce n’est le sentiment de nous être pleinement accompli dans notre vie… ou pas ?

 

Là où le regard se pose, va l’énergie !

 

Le bien-être au travail est une préoccupation quasi générale en ce moment dans une société qui sollicite chaque minute de notre temps.

Vous poursuivez  vos objectifs  et  je suis bien convaincue de leur utilité. Cependant, comme nous sommes toujours en mode « projet », nous portons toujours plus ou moins notre attention sur demain. La contrepartie, si nous n’y sommes pas attentifs est de perdre la qualité de chaque seconde qui passe et un jour, de nous réveiller avec cette interrogation : est-ce que je veux vivre ainsi les jours qui me restent ?

Dans notre activité présente et quelle que soit notre fonction, nous avons le choix d’agir selon nos valeurs les plus hautes et d’orienter notre énergie vers des buts importants pour nous.

A quel endroit le plaisir peut-il s’insérer dans un emploi du temps rapidement transformé en parcours du combattant ? A quel moment l’Être peut-il trouver une respiration suffisante pour garder la vitalité et la motivation dans ces conditions ?

 

S’ouvrir des fenêtres !

 

Un petit temps de rien ! J’ai gardé en mémoire cette petite phrase attrapée au vol au cours d’une séance de yoga. Il ne s’agit pas de vivre à contretemps. Il s’agirait plutôt de s’accorder  le droit et presque l’obligation de ne rien faire.

Ces petits moments de rien apparent, désengorgent le mental trop chargé, nous laisse savourer l’instant présent et peuvent laisser se fourvoyer l’inspiration et les intuitions.

C’est une des solutions que j’utilise personnellement pour apprendre à placer l’équilibre et l’harmonie au centre de mon quotidien qui sont mes priorités.

Je n’ai pas de solutions miracles et encore moins de baguette magique en ce qui concerne la façon de se sentir bien dans son temps. A chacun de trouver ses rituels personnels et de ressentir ce qui est approprié à soi.

Nous avons l’obligation de vivre avec notre temps ! A nous de trouver nos propres solutions pour le vivre au mieux.  Notre société est encore avide de contrôle et de performance. Parallèlement, nous avons des difficultés à poser nos limites tout autant qu’à faire des choix .

Notre défi pour mieux soigner notre temps, est d’apprendre plus de nous-même. Un défi supplémentaire à transformer en opportunité pour trouver le juste milieu entre l’Être et l’Agir !

Vous souhaitez aller plus loin dans votre démarche d’équilibre face au temps ? Contactez-moi !