Faire un pas de côté, c’est s’offrir l’opportunité d’un autre regard, à partir d’un endroit différent. L’été reste la période vraiment favorable, l’attente d’une fenêtre ouverte sur nos libertés était si grande…ne nous en privons pas…

Des réserves intérieures « chahutées »

La dernière année fut encore bien agitée, et nous arrivons sur nos lieux de vacances un peu sonnés. Que de changement dans nos habitudes, que d’interrogations sur l’avenir ! Que cela concerne le volet professionnel ou bien le champ plus large de la planète, que d’incertitudes !

– Les émotions n’ont pas toujours été explorées, ni prises en compte depuis 15 mois, alors que la charge mentale était et reste importante. C’est donc souvent vidés que les professionnels démarrent leurs vacances.

– Managers et salariés se demandent bien encore quelles vont être les conditions de reprise ? L’organisation du travail a pu être chamboulée, la charge de travail importante et les difficultés liées à l’hybridation du travail posent question pour la rentrée.

Sortir du cadre

Plus que jamais sans doute, le besoin de sortir du cadre est nécessaire, ne serait-ce que pour apaiser le rapport émotionnel face aux situations vécues. Fatigué, tendu, anxieux parfois, tout le monde a besoin de reprendre son souffle et de s’apporter une bouffée d’air au sens propre comme au sens figuré.

Donc beaucoup de questions sont encore en suspend et l’incertitude encore bien présente, néanmoins une urgence  reste : celle de se ressourcer pour retrouver de la clarté. La période actuelle nous amène à nous remettre en question, à nous adapter, ce qui est particulièrement exigeant personnellement et collectivement.

Certaines entreprises l’ont bien compris et accorde quelques jours supplémentaires de congés. Mais il faut bien reconnaître qu’elles sont rares. En effet entre la gestion ou la réorganisation du travail, le confinement, déconfinement etc…les raisons n’ont pas manqué pour justifier d’un mal-être.

Dézoomer pour retrouver un grand angle

Faire ce pas de côté volontairement, alors que tout nous ramène à la complexité du moment, oblige à sortir du cadre. L’accélération globale de nos systèmes de vie s’est tellement amplifiée que nous y sommes entraînés. Par conséquent, nous avons souvent quelques difficultés à ralentir. Nous sommes tellement fidèles aux rythmes extérieurs, au détriment des nôtres, plus intérieurs ! Moralité, nous finissons souvent en apnée, sans prendre le temps de retrouver un souffle vivifiant qui nous aide à retrouver de l’équilibre et de la clarté.

Il est certain qu’avancer par objectifs a ses avantages, à condition de veiller à « dézoomer » régulièrement pour retrouver une vision plus élargie, favorable au développement de l’attention portée à soi-même et de l’écoute des émotions.

Intégrer le passé et s’ouvrir au futur

Chacun a déjà pu observer l’influence du repos, du calme qui sollicite la réflexion et développe l’efficacité. Les événements récents nous ont je pense suffisamment déstabilisés pour que nous ressentions la nécessité de lâcher le trop plein et retrouver un minimum de légèreté.

Pour autant nous avons aussi beaucoup appris de nous, suffisamment sans doute pour intégrer de nouveaux apprentissages, actualiser des postures différentes, s’ouvrir à de nouvelles idées et même réviser des points de vue que l’on croyait bien ancrés.

C’est aussi la vertu d’opérer ce pas de côté que de produire une vision nouvelle, surprenante parfois qui laisse émerger le futur.