Vous êtes prié de laisser vos émotions devant la porte du bureau… Merci, vous les retrouverez ce soir !” Les choses n’ont sans doute jamais été énoncées clairement de cette manière. C’est en tous cas le message implicite reçu. Pourtant, comme tout le monde, vous vivez parfois des émotions difficiles et faire face au travail en gardant le sourire est compliqué.

Comme Louis, manager dans l’agro-alimentaire qui vit un épisode douloureux de sa vie. Il parle de Bérézina et de tsunami émotionnel lors de notre premier entretien : divorce, problèmes financiers… la loi des séries !

Il me dit qu’il a repris à fumer et qu’il n’est pas contre un ou deux verres qui viennent apaiser son stress le soir. Son regard me montre bien qu’il n’est pas convaincu par les solutions choisies. Chacun fait ce qu’il peut. Il vit une grande tristesse, et se sent totalement désemparé. Cependant, à qui peut-il partager ses difficultés ? Il a une équipe à gérer et « dans la boîte… si on commence à raconter nos histoires personnelles et parler de ses émotions, alors on n’a pas fini ! »

C’est aussi Bérengère qui est en conflit permanent avec sa responsable. Elle sait dire que l’ambiance de travail est difficile au quotidien, sans pour autant oser parler avec l’intéressée de ce qui est en train de devenir un conflit et un réel problème pour le service. « Elle se moque de moi à chaque fois qu’elle me parle, ce n’est pas ma vision d’un supérieur hiérarchique »

 

Le risque de l’oubli de soi

 

En fait, mettre le mouchoir sur l’émotion bien au fond de sa poche, au prétexte de paraître fort ou parce que cela ne se fait pas, revient à se priver d’informations importantes. Qui sera le grand perdant sinon vous ? Parce que ne vous faites pas d’illusion, vous aurez droit à d’autres combats, plus tard, les occasions ne manqueront pas ! Les émotions ne reconnaissent pas la frontière entre le domaine personnel et le domaine professionnel et elles conditionnent notre état mental et physique.

 

La fonction utile 

 

Les émotions ont vraiment leur raison d’être, c’est pour cela que personnellement j’ai éliminé de mon vocabulaire le terme d’émotion négative ! Elles sont souvent peu agréables certes, en revanche elles sont toujours utiles. Lutter contre, faire en sorte de ne rien laisser paraître, nous rend incapables de les comprendre. Sans le signal donné par l’émotion, nous perdons le contact avec le besoin et nous ne pouvons pas la guérir.

 

« Faire comme si », vraiment ?

 

Les tensions corporelles, les maux de tête, la boule dans la gorge… ne sont que les résultats de tous ces efforts pour détourner l’attention du besoin. Savez-vous que la démarche s’avère toujours infructueuse au bout du compte. Se respecter, implique avant tout de reconnaître l’émotion sans pour autant en faire étalage et se transformer en victime. Sans l’observation et l’accueil de l’émotion, nous nions une partie de nous-mêmes et nous nous privons de notre faculté à retrouver un équilibre intérieur.

Louis par exemple aurait beaucoup gagné à partager au moins à une personne son mal-être face à ses difficultés. Cette démarche aurait libéré l’énergie utilisée à contenir l’émotion de tristesse, tout en recevant un soutien bien utile. Cette touche de vulnérabilité lui aurait-elle été préjudiciable ?

A une époque où le travail collaboratif est largement plébiscité, s’autoriser à dire « je ne suis pas très en forme aujourd’hui, je vis quelques difficultés personnelles » et assumer un peu de cette vulnérabilité ne démontre pas pour autant de faiblesse.

Bérengère se serait sentie certainement beaucoup mieux, en osant partager son ressenti à sa responsable une bonne fois pour toutes. En lui disant qu’elle se sentait humiliée et en colère, elle aurait pu exprimer son besoin de respect mutuel .

 

Être en harmonie avec ses émotions reste le moyen d’être cohérent entre nos ressentis et nos actions. De plus c’est apprendre à développer des relations de travail agréables. Nous avons le droit de les vivre ! Ce qui par ailleurs nous aidera beaucoup à nous ouvrir avec empathie aux autres.  Cela ajoute aussi un peu d’humanité et de liens, entre autres avantages, qu’en pensez-vous ?

Quel est l’enjeu selon vous à laisser apparaître ses émotions au travail ?

« L’émotion est le moteur du changement. »
Olivier Lockert

Vous souhaitez vous affirmer plus et mieux, n’hésitez pas à vous renseigner sur les apports  d’un coaching.