Retrouvez-moi !
Newsletter


Comment dire non sans se sentir coupable

assertivité dire non

Comment dire non sans se sentir coupable

Si le travail occupe le plus clair de notre temps et peut devenir notre source d’épanouissement, il est aussi propice aux frustrations. Au registre des frustrations, se retrouve souvent la difficulté à exprimer ses véritables besoins. Lorsque j’accompagne les professionnels dans leur quête de bien-être, il n’est pas rare qu’ils expriment leur difficulté à exprimer le NON .

Culturellement, nous n’avons pas ou peu appris à communiquer de manière assertive. Nous sommes plus habitués à engranger des savoirs plutôt qu’à formuler nos pensées et nos ressentis.

Tout aussi utile à l’entreprise qu’aux personnes elles-mêmes, une « bonne » communication permet pourtant de maintenir des relations constructives et participe activement au bien-être global.

Le mode de communication que vous allez choisir va bloquer ou ouvrir le champ de la relation. Vous avez l’habitude de donner la préférence aux autres (un peu trop gentil ?), la relation est bancale ! Au contraire, vous savez quels sont vos besoins, vos limites, alors le travail d’assertivité peut commencer : Comment exprimer ma réponse à l’autre en me respectant, tout en respectant ceux de votre interlocuteur ?

Pourquoi trouvons-nous si difficile de dire non ?

 

Un de vos collègues vous convie à une réunion de dernière minute alors que vous avez encore une pile de dossiers à traiter. Vous n’avez ni le temps, ni l’énergie pour y assister ? En répondant oui, vous choisissez l’option du court terme. Beaucoup de personnes hésitent à se positionner par peur de blesser ou d’enclencher un conflit. En acceptant évidemment, vous éludez une éventuelle culpabilité dans un premier temps. Au moins vous n’aurez pas à craindre ce que les autres pourraient bien penser si vous refusiez ! Ce sentiment de tranquillité apparent cache en fait déjà un sentiment de mal-être. 

La peur vous empêche de vous affirmer ?

 

Qu’est-ce qui peut bien museler ainsi votre besoin d’affirmation ? Souvent des peurs : celles de décevoir, de créer un conflit, de déplaire, de ne plus être aimé… ainsi que quelques croyances aussi, comme celle de croire qu’on est obligé d’accepter tout de la part d’un supérieur hiérarchique, par exemple !

Finalement à plus long terme, cette incapacité à dire non pèse lourd dans la balance de votre bien-être ! Au non-respect de soi-même vient s’ajouter la colère sous toutes ses formes. Sans doute contre vous-même mais aussi contre l’entourage, qui parvient finalement toujours à ses fins. Il s’agit d’un véritable cercle vicieux, épuisant et frustrant.

Lorsque vous dîtes oui, à quoi dîtes-vous non ?

 

A chaque fois que vous acceptez une demande, cela équivaut automatiquement à refuser autre chose, peut-être plus essentiel pour vous.  Si vous prenez régulièrement en charge des tâches professionnelles en plus des vôtres, vous pourriez dire non à votre santé par exemple.

Si vous avez vraiment l’intention de vous respecter enfin, voici quelques points à partir desquels vous allez pouvoir vous lancer.

Quelques points de vigilance 

 

→ Il n’est pas obligatoire de répondre immédiatement à une demande. Vous pouvez tout à fait vous donner un délai. Vous  ressentirez ainsi si cela vous fait oui ou si cela vous fait non, au plus profond de vous-même.

→ Quelle histoire pour simplement prononcer ce non ! Beaucoup se croient obligés de justifier leur réponse. Vous avez beaucoup d’options pour le dire, en prêtant attention à votre ton de voix par exemple.

→ Vous pouvez user d’empathie : ” je comprends bien que tu ais besoin de ce remplacement, cependant j’ai déjà organisé mon emploi du temps. ”

Proposez une alternative : “ce n’est pas possible maintenant, mais cet après midi oui, si cela te convient”

→ Apprenez à évaluer les conséquences de votre réponse. Souvent les personnes imaginent des scénarii totalement irréalistes. Lorsque vous refusez, c’est à la demande que vous dîtes non et pas à la personne. La bonne réception de votre refus va résider ensuite dans la manière de l’exprimer.

Préservez votre intégrité, il ne s’agit pas de systématiser vos refus mais plutôt d’user d’adaptation en fonction des demandes et de vos limites.

Apprendre à dire non n’est qu’un premier pas vers l’assertivité. Avec l’habitude, vous ressentirez une plus grande cohérence interne qui ne laissera pas de place à la manipulation, à l’agression ou à la fuite.

Pas toujours facile, le travail à plusieurs est forcément un terrain d’apprentissage. Néanmoins, j’aime personnellement envisager l’activité professionnelle comme un parcours initiatique tout aussi utile pour la découverte de soi que des autres.

Chaque jour permet de faire des dizaines de choix, apprenez à privilégier les plus justes pour vous !

 

 

Un homme en colère est un homme qui n’a pas su dire non

 et éprouve, en plus le regret de ne pas l’avoir fait

 

Tahar Ben Jelloun

 

 

Vous voulez aller plus loin ? Vous voulez vous affirmer plus dans votre vie personnelle et professionnelle ?

Besoin de renseignements ? Contactez-moi…

 

Christine Hoor
contact@christine-hoor.com

Coach & Consultante à Nantes, je transforme vos défis en opportunités !

Pas de commentaires

Ecrire un commentaire