Après presque deux mois de confinement, il est clair que nous sommes heureux de retrouver un peu de notre liberté. Allons-nous retrouver l’ambiance et l’environnement d’avant ? Rien n’est moins sûr ! La peur et l’anxiété sont encore plus présentes alors que le travail doit reprendre. Le retour au travail donc, n’a rien à voir avec le retour que nous connaissions chaque année, après les vacances estivales !

Après le choc de l’annonce du confinement, nous avons fait en sorte de nous adapter plus ou moins rapidement. Pour beaucoup, il a fallu mettre en place les conditions d’un télétravail acceptable, tout en gérant les contraintes d’espaces personnels parfois exigus.

Nous avons aussi restructuré notre quotidien professionnel tout en nous exerçant au rôle d’enseignant scolaire… Bon an mal an, nous nous sommes adaptés, essaimant un peu d’activités sportives chaque jour (personnellement je n’ai jamais vu autant de personnes courir !)

Nous avons créé une routine

Curieusement  nous sommes tombés dans une sorte de routine, assez protectrice, qui nous a éloigné pour un temps des questionnements et des doutes sur l’après !

Nous avons appris plus ou moins à naviguer avec l’incertitude  mais l’inconnu est encore plus présent maintenant qu’il faut s’y confronter.

Déconfinement, incertitudes et paradoxes

Parce qu’évidemment nous n’en avons pas terminé avec l’incertitude ! Il faut désormais sortir de chez soi pour sauver l’économie tout en nous sentant fragilisés au moment de retourner travailler.

Il nous faut modifier considérablement nos habitudes de travail et nous protéger de tous contacts alors que nous en avons tellement besoin.

Dans ce contexte d’urgence sanitaire, tous les systèmes défendent leur équilibre et on sent bien que l’anxiété et la peur se sont engouffrées dans cette brèche pour déployer toutes nos résistances dans cette période de changement.

En revanche, l’opportunité est là, parfaite pour apprendre un peu mieux de nous-même. le Covid n’aurait-il pas révélé ce qui était déjà là et qui entravait déjà notre bien-être ?

Déjouer l’anxiété

La peur et l’anxiété sont facilement perceptibles mais la distinction entre les deux est importante.

L’anxiété est une émotion créée par nos pensées, elle peut prendre trop de place et nous amener à des conduites d’évitement et de contrôle. Quelles sont les pensées qui tournent en boucle dans notre tête et qui nous stressent au-delà de toute raison ?

Il s’agit souvent d’un inconfort, d’une sensation diffuse et désagréable sans origine véritable : « quelque chose en moi est inconfortable ».

Lorsque nous prenons de la hauteur par rapport à l’émotion, nous pouvons prendre conscience de la distance entre ce qui est vraiment et ce que nous nous racontons !

Nous vivons une période inconnue où les questions restent souvent sans réponses. Nous avons néanmoins des portes de sorties si nous lâchons le contrôle, en nous recentrant sur ce qui nous est possible chaque jour.

Parfois s’adapter c’est aussi attendre !  L’avenir est insaisissable et cependant nous sentons qu’il y aura un avant et un après,  mais que la forme qu’il prendra est encore bien impalpable.

Et la peur ?

La peur est une protection face à un danger et la distanciation physique nous met dans un état d’alerte permanent. Rien ne se propage autant que la peur, et c’est normal d’avoir peur ! Cependant, nous pouvons aussi redonner à la peur sa vraie fonction, celle de nous protéger.

Une émotion n’est jamais négative, ni inutile puisqu’elle est porteuse de ressources, en revanche  refoulée, elle s’exprimera tôt ou tard avec plus de violence.

Observez-la simplement sans penser à ses causes : à quel endroit dans votre corps la ressentez-vous ? Vivez-la pleinement.

Cette émotion vous signale un besoin qui va vous remettre dans votre équilibre. Nous avons tous en nous des ressources intérieures sur lesquelles nous appuyer mais il peut s’agir aussi de vous faire aider.

Regardez un équilibriste. Il se corrige en permanence pour garder son corps sur le fil pendant sa traversée alors que tout l’amène au déséquilibre.  Nous pouvons choisir de garder la même dynamique.

Trouver l’équilibre dans le déséquilibre, chercher la sécurité dans l’insécurité.

La peur comme toutes émotions nous envoie un message « prépare-toi ! » Le corps et l’esprit sont en vigilance… mais pas plus ! L’émotion acceptée,  nous pouvons en toute responsabilité apprendre à cohabiter avec le risque, un pas à la fois.

Nous allons forcément au moins pour un temps mettre en place des relations différentes au travail et ailleurs. Saisissons –nous de la période pour nous observer d’un peu plus près, afin de mieux nous affirmer ensuite dans des relations respectueuses et épanouissantes.

Assumons nos vulnérabilités en les partageant parce que nous sommes tous unis dans cette aventure !